NOUS JOINDRE   PLAN DU SITE   FAITES-NOUS PART D'UNE ACTUALITÉ   FAITES-NOUS PART D'UN ÉVÉNEMENT   
1 2 3 4
jQuery Cycle Slider by WOWSlider.com v2.0

BUREAU FERMÉ

LUNDI 22 MAI

JOURNÉE NATIONALE DES PATRIOTES

 

Prévisions budgétaires 2017

 

 

Semaine de la prévention des incendies

 

BIENVENUE À TOUS !

 

Téléchargez la carte des services

 

 COORDONNÉES 
 CARTE D’ACCÈS 
 LIENS UTILES 
 PLAN DU SITE 
 
Page précédente
NOTRE HISTOIRE

Stornoway est une municipalité de la MRC du Granit. Le centre du village, par son croisement, mène dans toutes les directions soit à Sherbrooke, Lac-Mégantic, Québec ou Thetford-Mines.

Stornoway fut fondé en 1858 par l’arrivée des Écossais venus s’y établir pour échapper à la famine et à la misère. Vers 1860, la première famille canadienne française, les Legendre, s’établit. Ils construisent successivement un moulin à carde (pour filer la laine), un moulin à foulon (pour faire l’étoffe), un moulin à farine, un moulin à scie et une manufacture de portes et fenêtres. Vers 1885 les Écossais, par manque de travail, quitteront la région et en 1912 les Canadiens français s’y installeront définitivement.

On y compte actuellement 575 personnes. Le milieu de travail à Stornoway est principalement forestier, acéricole, agricole et manufacturier.

L’église, l’école et le centre municipal sont situés sur les hauteurs du village. À l’automne nous pouvons y admirer un panoramique superbe. Nous profitons d’une vie sociale et communautaire enrichissante grâce à la disponibilité de nombreux bénévoles : OTJ, maison des jeunes, gymnase, patinoire, terrain de balle-molle, club Lions, groupe âge d’or et cercle des fermières. Le volet culturel est assuré par la bibliothèque municipale et son équipe dynamique de bénévoles toujours soucieuse de répondre aux besoins de la population.

Plus du tiers de la superficie du parc national de Frontenac envahit la ville de Stornoway. Au croisement des chemins Lambton, St. Francis et Mégantic, les arpenteurs y ont loti le village, d’abord baptisé Bruceville, pour les fins du cadastre. En 1849, un premier magasin général ouvre ses portes. Il est bientôt racheté en 1852 par Colin Noble qui devient du coup le personnage le plus en vue du canton. À la fois marchand, fabricant de potasse, juge de paix, commissaire d’école et maître de poste, il fait entériner le toponyme pour rappeler aux défricheurs gaéliques leur chef-lieu de l’Île Lewis. Pour mémoire, quatre cimetières servent de dernier repos aux colons écossais. Face à l’église, un monument exhume aussi l’histoire des familles fondatrices. L’église catholique, qui date de 1920, abrite une superbe statue de Saint-Alphonse, sculptée par Louis Jobin. Sur la route 161, aux abords de la rivière Legendre, un ancien moulin à farine témoigne de l’arrivée des Canadiens français, époque relatée par l’écrivain Jean O’Neil dans son récit, Stornoway, L’âge du bois, dédié à Thérèse Legendre, inspiratrice des Stornowayens.


Date de constitution : 1858
Élévation : 450 m
Gentilé : Stornowayen, Stornowayenne
Emblème floral : Érable
Devise : Saluons le passé et soyons présents

 
Répertoire des employés
Calendrier
Événements à ne pas manquer
Rôle en ligne
Jour de la Terre Québec
Ne lâche pas